Le sport et la santé

Retrouvez l'ensemble des outils de prévention dans la rubrique "Bibliographie"

 

LA PREVENTION du dopage et des conduites dopantes est en peril !

Concernant la prévention , il y a donc la THEORIE et la PRATIQUE :

En THEORIE :

Voici les missions des Antennes Médicales de Prévention du Dopage (AMPD) en à la loi de 1999 :

La création de structures de soin et de prise en charge des sportifs ayant eu recours aux pratiques dopantes ou susceptibles d'y recourir est une des innovations les plus remarquables de la loi du 23 mars 1999 et plus récemment de celle du 5 avril 2006.

Les AMPD sont implantées (certaines depuis 2001) dans les établissements publics de santé ; il y en a au moins une par région. Elles ont au préalable reçu l'agrément du Ministère chargés des Sports.

Ces antennes doivent dans un premier temps garantir une consultation médicale, anonyme et gratuite aux sportifs ; elles peuvent ensuite leur proposer, si cela s'avère nécessaire, une prise en charge médicale ou psychologique.

Leur création et leur fonctionnement s'inscrivent également dans une perspective de pharmacovigilance et de pharmacodépendance : il s'agit d'en faire des lieux à même de pouvoir suivre au plus près le mésusage ou l'abus de produits par des sportifs.

Les missions des Antennes Médicales de Prévention du Dopage (AMPD), en application de l'article D232-1 du code du sport sont :

  • La prévention du dopage et des conduites dopantes 

  • Le soin 

  • L'expertise et le conseil 

  • Le recueil de données épidémiologiques et la veille sanitaire 

  • La recherche

En PRATIQUE :

Plus AUCUN signal de la part de notre Ministère de tutelle, le Ministère des Sports (MS) en direction des AMPD... Depuis 2013, aucun financement de la part du MS en direction de nos structures. Nous sommes noyés, au même titre qu'un club sportifs, dans la vaste "MASCARADE" du CNDS territorial (sorte de loterie du financement des actions sportives au niveau amateur)... Alors nous attendons tous les jours (en vain) les annonces concernant l'avenir des AMPD en France. Mais ne rêvons pas, avant que cela bouge il faudra au moins 35 Ministres des Sports, dans la mesure où plus aucun des hauts fonctionnaires en charge du bureau de la protection des sportifs au MS (DSB2) ne daigne reprendre le contact avec nous (les AMPD et son association nationale : l'ANAMPréDo) ! Les Ministres annoncent, leurs services brassent de l'air, et nos structures et dispositifs deviennent chaque jour un peu plus fragiles...

Et pendant ce temps là, tous ces VIP et autres experts du dopage et de sa prévention (soit-disant) se targuent de "lutter contre", "de vouloir erradiquer" le dopage... En fait chacun se protège à grand coup d'image séduisante pour garder la toute puissance de cette "non-politique" intacte !

En plus, tous "convergent" vers l'idée que tout doit s'appaiser car il y a l'EURO Football dans quelques heures... Et comme cette grande "comédie du TOOFBALL" professionnel est un extrait d'éthique, de respect du sujet humain et un formidable vecteur de "valeurs universelles", on prépare les discours et les loges pour tous ces VIP qui ne font RIEN pour la prévention auprès des sportifs de haut niveau...

Mais tout le monde s'en fiche, les gens assènnent des "vérités-vraies" sur le dopage et ses coulisses... Mais AUCUN de ces "GRANDS-SACHANTS" ne daigne réveller comment nous sommes "pulvérisés" et "broyés" par la politique ABOMINABLE du Ministère des Sports qui vient de nous pondre une "réforme des AMPD" SANS AUCUNE CONCERTATION avec les acteurs de terrain qui oeuvrent depuis 15 ans en silence et en prise directe avec les sportifs... 

Alors messieurs les hauts-fonctionnaires et autres cadres du Ministère des Sports, passez un très bel été car dès la rentrée, vous aurez bien besoin d'argumenter sur vos SKETCHS à répétition, quand les "acteurs" vont tout balancer à la presse sur : vos choix, vos non-choix, votre vision, votre silence, vos perspectives, votre gestion de l'argent public, votre capacité de travail, le pilotage de vos services et la façon dont vous mentez et "trafiquez les concepts" pour faire passer vos idées, proches des "brèves de comptoir" concernant le suivi des sportifs et la prévention des conduites à risques en milieu sportif en général... 

Mais probablement que la plupart d'entre vous seront déjà partis sur d'autres "missions" fictives dans d'autres ministères, car à force de brasser de l'air (pollué) ça commence à se voir... Votre engagement ressemble tout simplement au fameux "COURAGE FUYONS" ! Bel esprit pour des gens qui nous parlent en boucle, des fameuses valeurs du sport sans s'y engager !

Ceci est un "extrait" infime de ce que l'on peut développer à ce sujet... HELAS !!

 

- Signaler un effet indésirable consécutif à la consommation d'un complément alimentaire, ou d'un produit diététique :

L'AMPD du Languedoc Roussillon vous offre la possibilité de signaler  un effet indésirable consécutif à la consommation d'un complément alimentaire, ou d'un produit diététique : nous mettons à la disposition des professionnels et des particuliers un modèle de fiche de déclaration.

http://www.chu-montpellier.fr/publication/inter_pub/R251/rubrique.jsp

 

 

Dossier sur les substances contenues dans la boisson "Red Bull"

 

La consommation de boissons énergisantes chez le sportif

  • Red Bull et boissons énergisantes...La sfns prend position  

L'autorisation de commercialisation à partir du 15 juillet 2008 sur le marché français de boissons énergisantes, fait craindre des abus de consommation chez les sportifs, en raison des allégations portant sur l'amélioration des performances et des besoins de réhydratation en particulier en climat chaud.

Depuis mai 2008, les versions « sans Taurine » de ces boissons font déjà l'objet d'une forte consommation.
L'éventuelle présence ou absence de toxicité de ces boissons lors des différents types d'effort sportif nécessite d'être documentée, pour proposer une information éclairée des consommateurs.

Les positions de la SFNS :

les boissons énergisantes ne présentent pas, en l'état actuel des connaissances, d'intérêt nutritionnel démontré chez le sportif.
Elles ne répondent pas aux critères spécifiques des boissons énergétiques définis au plan réglementaire. Ces boissons sont inadaptées et déconseillées pour la réhydratation en période d'efforts physiques, et ne doivent donc pas être consommées avant, pendant, ni après l'effort sportif.
 

Dangerosité spécifique aux sportifs :

Le risque de déshydratation accentuée, consécutif à l'hyper osmolarité et à la présence de certaines molécule, peut augmenter le risque de blessures sportives. La fuite minérale potentiellement augmentée des calcium, magnésium, et potassium, représente un facteur de risque de trouble du rythme cardiaque.
De même, la présence de caféine augmente le risque de tachycardie, de troubles du rythme cardiaque à l'effort.
L'apport glucidique est inadapté à l'effort.
La concentration en sucres est trop élevée et fait courir le risque de troubles digestifs.
L'acidité de ces boissons du fait du pH nettement acide représente un facteur prédisposant aux blessures sportives.

 

  • TOXICITE EVOQUEE DES BOISSONS ENERGISANTES CHEZ LE SPORTIF

 

- LA CAFEINE :

La caféine ou Méthylxanthine est un alcaloide naturellement présent dans les feuilles, les fruits ou les grains d'un certain nombre de plantes dont le café, le thé, le cacao, la noix de kola, le guarana et le maté. Elle est aussi synthétisée et incorporée dans des produits pharmaceutiques et dans certaines boissons gazeuses. Les boissons énergisantes en contiennent une teneur élevée : 80 mg par cannette de 250 ml, soit 320 mg/litre ; (pour comparaison, un expresso ou un café filtre en contient 90mg).

Une fois ingérée, la caféine est rapidement et totalement absorbée au niveau intestinal. Elle est ensuite dégradée par le foie et principalement excrétée dans les urines.

L'usage de la caféine est répandu dans le milieu sportif pour ses effets potentiellement ergogènes, justifiant son inscription pendant quelques temps dans la liste des substances interdites dopantes, et reste sous surveillance. Lors d'un exercice de type aérobie, elle permet de retarder le seuil d'épuisement (Hoffman JR et al.,2007), augmente la concentration plasmatique en glycérol chez des sujets entraînés (Pasman WJ, 1995) ; l'augmentation de la concentration en acides gras libres a été démontrée mais n'est pas toujours observée (Graham TE et al., 1991). L'hypothèse selon laquelle la caféine aurait un effet activateur de la lipolyse et un rôle dans l'épargne du glycogène musculaire semble remise en question par certains auteurs.

L'administration d'une dose élevée de caféine (9 mg/kg) à des sujets entraînés ne modifie pas significativement le quotien respiratoire (Graham TE et al.,1991) et n'a qu'une faible incidence sur la réduction pondérale (Ahrens JN, et al.,2007). De même, l'administration de doses répétées de caféine (201 mg/j pendant 8 semaines) chez de jeunes adultes soumis à un exercice physique régulier de type aérobie n'a pas d'effet sur la réduction du poids ni l'amélioration de la composition corporelle (Malek MH et al., 2006). 

  Les effets indésirables liés à une consommation excessive de caféine se manifestent par des effets neuro-comportementaux : céphalées, insomnies, nervosité, irritabilité, anxiété, tremblements (Guelfi JD. et al. 2000). La consommation régulière de caféine peut entrainer une accoutumance voire une véritable dépendance. L'arrêt brutal de la consommation de caféine entraîne des céphalées, une asthénie, une irritabilité, de l'agressivité voire des idées dépressives (Paluska SA, 2003). Au niveau cardiovasculaire, elle peut provoquer une tachycardie, des palpitations, une arythmie, de l'hypertension.

Elle peut également occasionner des myalgies. Une concentration de lymphocytes plus élevée (+35%) a été constatée chez des footballers de haut niveau lorsque la caféine était associée à l'exercice d'où un risque accru de lésions musculaires (Bassini A. Cameron et al. 2007). Sur le plan digestif, la caféine stimule les sécrétions gastriques et la motricité intestinale. L'augmentation de l'excrétion urinaire de calcium, magnesium, sodium et chlore favorise les effets contracturants chez le sportif (AFSSA Saisine n°200 2-SA-0260). Un cas d'intoxication a même été reporté dans la littérature (Fitzsimmons CR et al. 1998). Par transposition de la DL50 chez le rat, l'ingestion de 10g serait mortelle pour 50% des hommes adultes, ce qui représente 120 cannettes (30 litres), quantité certes difficile à atteindre même pour un sportif avec forte réhydratation.

Les effets secondaires observés au niveau du système cardiovasculaire s'opposent à l'adaptation à l'effort et peuvent occasionner des troubles du rythme cardiaque, voire une mort subite. La consommation de caféine peut aggraver les troubles gastro-intestinaux fréquemment observés chez le sportif du fait de l'ischémie du tube digestif et/ou induits par le stress de la compétition.

La part de la caféine dans les déséquilibres électrolytiques est controversée. L'effet diurétique au repos est contrecarré à l'effort par la réduction du débit urinaire. Toutefois, l'état de déshydratation chronique fréquemment observé chez les sportifs du fait de la difficulté à compenser les pertes sudorales à l'exercice (majorées dans certaines conditions climatiques, d'intensité et de durée) ou du fait de la restriction hydrique encore pratiquée dans certaines disciplines augmente la concentration plasmatique et potentialise donc les effets. 

 

- LA TAURINE :

La Taurine est un acide aminé non essentiel, appartenant au groupe des 4 acides aminés soufrés. Elle est naturellement présente dans l'alimentation d'origine animale (viande, produits de la mer, oeufs, lait). Il existe également une synthèse endogène par le foie, à partir de la Cystéine.

Au niveau du foie, la Taurine se lie avec deux dérivé du Cholestérol pour former l'acide Taurocholique et Taurochénolique. Ces deux dérivés seront éliminés dans les sels biliaires, et participent à l'émulsion des lipides ingérés. La Taurine présente un rôle dans la régulation de l'osmolarité cellulaire, qui conditionne les échanges trans-membranaires, entre le cytosol et le milieu extérieur, en particulier pour les cellules nerveuses. La Taurine possède également un rôle important de protection cellulaire, par ses propriétés antioxydantes vis-à-vis des radicaux libres de l'oxygène, et de leurs effets sur l'organisme.

Les boissons énergisantes contiennent des doses élevées de Taurine, de l'ordre de 1000 mg par canette de 250 ml, soit l'équivalent d'environ 8 jours de consommation alimentaire. L'absorption active et passive suggère une absorption importante en cas d'apport supra nutritionnel. En conséquence, la synthèse endogène devrait faire l'objet d'une réduction de production en cas d'absorption intestinale élevée. L'avis de la CEDAP du 12/05/1993 rapporte que des apports importants chez l'adulte en bonne santé sont rapidement éliminés dans les urines, sans bénéfice pour la santé ni sur les performances, après avoir cependant séjourné dans l'organisme. Le seuil maximal d'absorption, comme le degré de toxicité n'ont jamais été clairement identifiés. Il n'est donc pas possible de déterminer le taux d'absorption, ni la toxicité réelle en cas d'ingestion d'une dose importante de 1g.

L'innocuité et l'intérêt nutritionnel de la Taurine à des doses supra nutritionnelles ne sont pas démontrés et nécessitent des études complémentaires (Afssa - Saisine n°2000-SA-0246). Un 2ème avis de l'AFSSA (Saisine n°2006-SA-0236) évoque des effets thyroidiens et neurotoxiques qu'il conviendrait d'étudier.

Les propriétés anti-oxydantes de la Taurine peuvent se concevoir en prévention des lésions musculaires lors des activités intenses, mais aucune étude ne semble avoir démontré que cette propriété est proportionnelle à la dose ingérée, et qu'elles se manifestent bien à l'exercice. Les effets de la Taurine sur les performances sportives restent contradictoires. Une première étude (Zhang et al. 2004) évoque une réduction du stress oxydatif post exercice après supplémentation de 3g de Taurine par jour pendant 7 jours. A l'inverse, une 2ème étude plus récente n'attribue aucun pouvoir anti-oxydant particulier lors d'une supplémentation à la même posologie lors d'efforts en résistance chez des sportifs (Zembronlacny et al. 2007). Aucune amélioration des défenses anti-oxydantes chez le sportif ne peut donc être retenue.

Les effets alloués de "brûleur de graisse", d'action facilitatrice sur la mobilisation des acides gras, d'accélérateur de la lipolyse, ne semblent reposer sur aucune justification scientifique actuellement validée. Elle concernerait plutôt la caféine. 

Synthèse : il n'existe actuellement aucune preuve scientifique de son innocuité à long terme sur la santé chez l'homme, ce qui justifie une consommation avec prudence.

 

- Le Glucuronolactone :

Il résulte d'une fabrication endogène. L'apport alimentaire serait de l'ordre de 1 à 2 mg/jour.

Les boissons énergisantes contiennent du Glucuronolactone en relative forte concentration, à la hauteur de 600 mg par canette de 250 ml, soit l'équivalent de 600 fois la consommation journalière habituelle. Aucune étude ne permet de renseigner sur le seuil maximal d'absorption digestive lors d'un apport aussi conséquent. Le seuil de toxicité est actuellement inconnu.

Aucun effet sur les performances sportives n'a été mis en évidence. Les allégations évoquant une amélioration de la concentration, de la mémoire ou une stimulation des facultés intellectuelles semble relever plus des hypothèses que de la démonstration scientifique. Par conséquent, cette molécule ne semble présenter dans l'état des connaissances actuelles, aucun intérêt particulier chez le sportif dans les disciplines à forte concentration psychique, ni pour améliorer sa tolérance au stress compétitif. Des études devraient être envisagées pour argumenter ces hypothèses. Les effets secondaires rénaux ont été évoqués. Ils pourraient se potentialiser à l'effort.

 

- LES GLUCIDES :

Les boissons énergisantes présentent des taux assez élevés de glucides, comparables à ceux des autres boissons sucrées de l'ordre de 112g/litre, soit 28g dans une canette de 250 ml (10.7g/100ml de sucre, sur un total de 11.2g/100ml).  Cette concentration est nettement supérieure aux recommandations des boissons de l'effort : les boissons énergétiques pour sportifs devraient contenir 50 à 80g/litre  pour être isotonique. Des dosages plus élevés sont justifiés pour des exercices intenses en ambiance froide mais l'attention des sportifs est attirée sur les risques de troubles digestifs et l'intérêt d'avoir recours à des sucres tels que les maltodextrines ou polymères de glucose.

Consommé avant un effort, cet apport glucidique simple élevé peut induire une hypoglycémie réactionnelle en début d'exercice, source de trouble de la vigilance ou d'une contre performance. 

La proportion entre les 2 glucides (Saccharose et Glucose) n'est pas précisée. Aucune étude n'est actuellement en notre possession pour écarter le risque d'effets secondaires, représentés essentiellement par une intolérance digestive, problème d'assimilation des sucres à l'effort, hypoglycémie réactionnelle. Par ailleurs, la forte teneur en saccharose peut faire l'objet d'une sensation gustative désagréable à l'effort chez le sportif déshydraté (bouche "pâteuse"). 

 

- VITAMINES DU GROUPE B :

Les boissons énergisantes contiennent des quantités importantes de vitamines B2, B3, B5, B6 et B12. D'une façon générale, les sources de vitamines du groupe B précitées dans l'alimentation courante sont multiples : d'une part, les sources alimentaires sont dominées par les aliments d'origine animale (viandes, oeufs), et de façon moins importante les céréales, certains légumes et les fromages à moisissures. D'autre part, certaines vitamines font l'objet d'une synthèse endogène par l'organisme, telle que la vitamine B3 à partir du Tryptophane (il n'y a donc pas de besoin absolu en Vit B3).

La vitamine B2 est très peu toxique, car l'excès semble s'éliminer. Le surdosage en vitamine B5 n'a fait l'objet d'aucune étude. La vitamine B6 fait l'objet d'une limite de sécurité à 5 mg/jour, émise par le Conseil supérieur d'hygiène publique français en 2005. Des signes fonctionnels de neuropathies sont évoqués à partir de 50 mg/jour. 

Synthèse : pour chacune des vitamines étudiées, les besoins physiologiques restent couverts dans le cadre d'une alimentation équilibrée et diversifiée, même chez le sportif ayant une dépense énergétique élevée. Les quantités importantes de vitamines du groupe B, contenues dans les boissons énergisantes ne semblent donc pas présenter un intérêt nutritionnel particulier . La limite de toxicité est proche voire dépassée à partir de 2 canettes consommées. 

 

- AUTRES CONSTITUANTS :

Les constituants suivants sont rencontrés dans les boissons énergisantes. Leur présence varie en fonction des produits sur le marché.

  • Eau gazéifiée
  • Inositol : La consommation d'une canette de boisson énergisante apporte en moyenne 50 mg d'inositol, dont les effets chez le sportif n'ont pas été étudiés.
  • Arôme (non documentés)
  • Colorants : E 150 (caramel ordinaire) E 129 (rouge allura AC) Ils sont classés comme acceptable et à éviter.
  • Correcteur d'acidité : E 331
  • Acidifiants : Acide citrique, Citrate de sodium. L'Acide citrique et son sel, le Citrate de sodium (additif E 331) apportent du sodium, en petite quantité, probablement insuffisante pour stimuler l'absorption intestinale du glucose. Quant au citrate, il peut être utilisé substrat énergétique, incorporant le cycle de Krebs.
  • Théobromine : C'est une molécule aux effets assez proches de ceux de la caféine.
  • Conservateur : Sorbate de potassium (E 201) est classé comme acceptable.
  • Extraits de Guarana (quantité non précisée)  Il agit par sa composition en alcaloides et surtout par sa forte teneur en caféine.
  • Anti oxygènes : Acide Ascorbique (E 300)  Ce conservateur est de la vitamine C, anti oxydant déjà évoqué ; il est classé comme acceptable.

 

FORMATION ET OUTILS DE PREVENTION SUR LA QUESTION DU DOPAGE

 La loi du 5 avril 2006 relative à la lutte contre le dopage et à la protection de la santé des sportifs attribue au ministère chargé des sports un rôle central dans l'engagement et la coordination de la prévention, de l'éducation et de la recherche en matière de dopage.

 

Dans ce cadre, un groupe de travail national réunissant des représentants des principales structures impliquées dans ce domaine ou ayant une expérience en matière de prévention a été mis en place en décembre 2006. Parmi ce collectif, l'Antenne Médicale de prévention et de prise en charge des Conduites Dopantes des Pays de la Loire a représenté l'ensemble des Antennes régionales.

Les objectifs de ce travail partagé en matière de prévention des conduites dopantes sont : 

 

  • de dégager et de diffuser des bonnes pratiques afin d'accompagner les différents partenaires de la prévention et d'améliorer l'efficacité de celle-ci,
  • de favoriser à cette fin la communication entre les différents acteurs et l'utilisation d'un vocabulaire et d'objectifs communs,
  • de repérer des manques éventuels afin d'encourager les acteurs à investir les champs peu développé

 

 Article complet à retrouver sur santesport.gouv

 

 

Questions, Réactions, Témoignages

 

 

 

Téléchargements

Document Date Détails Type
Rapport d'Inspection Générale des AMPD 05/09/16

Consultez le rapport de l'inspection générale des services de la jeunesse et des sports concernant les AMPD

 
pdf télécharger
Plan national de prévention du dopage et des conduites dopantes (2015-2017) 11/07/16

Le Ministère des Sports lance un nouveau plan national de prévention du dopage et des conduites dopantes (2015-2017)... 

 
pdf télécharger
Brochure "Sport-Santé" (IRBMS) 11/07/16

Brochure d'information sur le DOPAGE réalisée par l'AMPD de Lille (IRBMS)

 
pdf télécharger
Se doper ou Pas : travail de synthèse sur les conduites dopantes - Par Dominique BODIN 19/08/15   pdf télécharger
Fichier coordonnées des AMPD 08/07/15   pdf télécharger
Synthèse des résultats de l'étude 22/04/15   pdf télécharger
Etude sur les représentations concernant le dopage et sa prévention chez les sportifs 21/04/15   pdf télécharger
Plaquette AMCD - Sport Protect 01/04/15   pdf télécharger
Article magazine ANPAA 20/12/12

Dossier sport et dopage

 
pdf télécharger
Livret Predop 19/09/12   pdf télécharger
Addiction au sport et blessures 27/02/12

Etude réalisée au Centre national d’entraînement commando

 
pdf télécharger
Les sportifs se dopent toujours plus à la nicotine 17/02/12

Nouvelle étude du Laboratoire suisse d'analyse du dopage

 
pdf télécharger
DU Dopage: de l'analyse à la prévention 22/09/11

Programme, année 2011/2012

 
pdf télécharger
DU Dopage: de l'analyse à la prévention 22/09/11

maquette du DU

 
pdf télécharger
Lettre N°2 du Pôle ressources national sport et santé 30/08/11

La prévention du dopage: une volonté politique forte du ministère des Sports

 
pdf télécharger
Répression vs prévention 22/08/11

Article de l'AMPD du Languedoc-Roussillon

 
pdf télécharger
Formation en Rhône-Alpes 2011 13/01/11

Concevoir et animer des actions collectives de prévention du dopage et des conduites dopantes.

 
pdf télécharger
Formation en Rhône-Alpes 08/04/10

Prévention du dopage et des conduites dopantes

 
pdf télécharger
Exposition réalisée par la DDJS et le CRES de haute-Normandie 29/01/10

exposition: dopage & sport, santé & société

 
pdf télécharger
8. Suivi prospectif des effets indésirables liés à la consommation de boissons énergisantes 06/07/09 Ministère de la Santé - Rapport après 5 mois de commercialisation. A la demande du Ministre de la santé, l'INVS, en collaboration avec l'AFSSA, a mis en place une surveillance active, via via les centres antipoison et de toxicovigilance (CAPTV), des signalements des effets indésirables liés à la consommation de boissons énergisantes et, en particulier, de la boisson Red Bull   pdf télécharger
7. Prévention des conduites addictives - Guide pour comprendre et agir ensemble 20/04/09 Guide réalisé par une quinzaine d'experts sénégalais et français, représentant des services publics, associations et institutions concernés par la question des usages de substances psychoactives. Chapitre sur le dopage et les conduites dopantes en page 71   pdf télécharger
6. Glossaire de la promotion de la Santé 13/10/08 Organisation Mondiale de la Santé  pdf télécharger
5. Glossaire utilitaire en Education pour la Santé 13/10/08 Des fondamentaux en Education pour la Santé - Des termes couramment utilisés en Education pour la Santé  pdf télécharger
4. "Prévention Alcool - Les jeunes sur le pont" 13/10/08 Aujourd'hui, pour beaucoup de jeunes, pas de fête sans défonce à l'alcool  pdf télécharger
3. Bruxelles Santé 07/10/08 "Peur et prévention"   pdf télécharger
2. La veille prévention 07/10/08 "La peur est-elle efficace pour lutter contre les problèmes de santé publique?"   pdf télécharger
1. Société Française de Nutrition du Sport 07/10/08 Recommandations sur la consommation de boissons énergisantes chez le sportif   pdf télécharger
Théma Dopage et conduites dopantes 02/10/08 Théma : "Dopage" et "conduites dopantes"   pdf télécharger
Campagne choc antidopage 28/08/08 Le dopage vous marque à vie   pdf télécharger